Textes

Image aléatoire :
Pendentif en os cheval
miniature

La Poupée au cœur brisé

Textes > Divers

On est bien loin ici de l'ambiance des contes de fées cruels et immoraux. J'ai eu envie de faire quelque chose de plus poétique.


Image

Dans un endroit reculé, sombre et silencieux, se trouvait une poupée. On disait que jamais elle ne se mêlait à ses congénères qui aimaient danser et chanter. Elle restait toujours là.

Ayant entendu cela, mû par une implacable curiosité, je m’enfonçai sous ce porche sombre, dans la petite chambre de la poupée.

Je la trouvai là, assise dans un coin, à même le sol, un sourire triste aux lèvres. Elle serrait contre son sein les fragments de son cœur brisé.

Image

Elle ne sembla pas plus étonnée que cela de ma présence. Et quand je lui demandai pourquoi elle souriait, c’est tout naturellement qu’elle me répondit : « Même si mon cœur est brisé, en de si innombrables morceaux qu’il est impossible de le recoller, je le chéris plus que tout. Car il contient de précieux souvenirs. Heureux comme malheureux. »

Et quand je lui demandai si elle ne voudrait pas d’un nouveau cœur, elle serra son pauvre cœur en miettes encore plus étroitement contre elle avant de me répondre, en me regardant droit dans les yeux : Pour rien au monde. Cela serait trop triste. Car avoir un cœur neuf voudrait dire tout oublier. Et en aucun cas je ne voudrais oublier celui qui m’a brisé le cœur, car c’est aussi lui qui l’a fait battre pour la première fois de ma vie.

Image

Troublé, je ressortis de sa chambre, la laissant seule à son chagrin. Chagrin ? Était-elle vraiment malheureuse ?

Et alors que je retournais au grand jour, je vis toutes ces poupées aux sourires éclatants, qui arboraient leur cœur au devant de leur poitrine, sans souci de le protéger.

Avant, je prenais cela pour une preuve de générosité.

Maintenant, après avoir vu et parlé avec la petite poupée, je me rendis compte que ces poupées-ci, aussi rayonnantes qu’elles pouvaient paraître, étaient creuses et vides. Ce cœur qu’elles mettaient en avant ne battait pour personne.

Image

Et alors, les paroles de la petite poupée prirent tout leur sens. Mieux valait un cœur brisé que pas de cœur du tout. Et en comprenant cela, mon propre cœur se mit à battre. À battre pour ma petite poupée.

Je repartis donc, la main sur ce cœur palpitant pour le protéger, savourant cette nouvelle sensation si étrange et pourtant exaltante.

Je me promis à moi-même de revenir voir ma petite poupée. Mais avant, je devais chercher un moyen de recoller un cœur aussi brisé soit-il.

Fin

Fiche ajoutée le 16 août 2011.

◄ Document précédent : Poème: Prose à Prométhée

Commentaires

Ajouter un commentaire

Aucun commentaire pour le moment.

Identification